Entretien avec Macky Sall : "Je suis un Sénégalais de synthèse, un Pulaar de culture sérère"

La veille du scrutin, Macky Sall avait accordé un entretien à deux journalistes de RFI. Je m’étais joint à eux pour filmer la rencontre. J’ai retranscrit ce dimanche une partie des propos du futur président, où il revenait sur ses différences avec Abdoulaye Wade. Je vous propose aujourd’hui la deuxième partie de cet entretien. L’homme qui va diriger le Sénégal revient ici sur son enfance et ses origines culturelles et ethniques.

Macky Sall

Laurent Correau (RFI) : Est-ce-que vous pouvez nous parlez de votre naissance, de vos origines ?

Macky Sall : Je suis né le 11 décembre 1961, un an après les indépendances du Sénégal. D’un père Pulaar,  Amadou Abdoul Woury  Sall, venu du Fouta, qui s’est installé dans le Sine depuis  1948 comme immigré. Qui a travaillé comme ouvrier  ensuite qui a fini sa carrière comme gardien au service de l’agriculture de Fatick. Et d’une mère également venue du Fouta. Donc je suis Pulaar à cent pour cent, mais né dans un milieu Sérère. J’ai grandit, j’ai pris femme, une femme qui a reçu une partie Pulaar  et une partie Sérère par son père. Sa mère est peulh. J’ai grandit dans ce milieu traditionnel de Fatick et aussi un peu à Foudioungne dans le Sine saloum où j’ai passé toutes mes études, d’abord primaires ensuite secondaires. Au lycée Gaston Berger j’ai eu mon baccalauréat, série C, série scientifique. Ensuite j’ai fait mes études entièrement à l’Université de Dakar,  je suis  un pur produit de l’école sénégalaise. Notamment, j’étais admis à l’Institut des Sciences de la Terre, qui est un Institut de formation d’ingénieurs géologues. A la suite de ça bien sûr j’ai complété ma carrière, ma  formation à Paris à l’Institut français du pétrole à travers l’Ecole nationale supérieure du pétrole et des moteurs de Rueil-Malmaison.

Laurent Correau : Vous avez l’habitude de dire que vous êtes un produit de synthèses ?

Macky Sall : Oui, je suis un produit de synthèse puisque comme je vous l’ai dit d’origine et de naissance je suis Pulaar. De culture, je suis Sérère et  Wolof  à la fois. J’ai pu parler la langue Pulaar  grâce à ma grand-mère, qui, elle, ne pouvait  pas parler un mot de wolof, la langue la plus parlée au Sénégal. Donc, grâce à elle, étant né à Fatick, en milieu Sérère, j’ai pu quand même  parler  ma langue maternelle. J’ai évolué donc dans ce milieu fatickois, foundiougnois,  kaolackois, dans le milieu du Sine Saloum qui est  un milieu à la fois Wolof et Sérère et même Niominka. Et aussi le milieu dakarois à la suite, puisque depuis ma période universitaire j’ai vécu à Dakar et donc c’est à la fois une culture wolof et sérère que je synthétise, de langues aussi que je parle. Donc  ça fait de moi effectivement  un sénégalais de synthèse. J’allais dire un sénégalais, d’ethnie pulaar de culture sérère.

Je publierai demain une autre partie de cet entretien. L’intégralité de cette interview sera diffusée sur RFI à partir de mercredi. En bonus, voici ma vidéo de l’entretien avec notre futur président.

About these ads