Macky Sall : « Pourquoi je ne vais pas gouverner comme Wade »

Macky Sall

Hier, un de nos Observateurs, Seydou Badiane, a accompagné les journalistes d’RFI lors de leur interview de Macky Sall. Il a pu filmer celui qui deviendra bientôt le nouveau président du Sénégal. Voici la première partie de cet entretien, dans lequel le candidat de la coalition Benno Bokk Yakaar revient sur les rapports qu’il entretenait avec  le président sortant et candidat Maitre Abdoulaye Wade. Il aborde également les  raisons de leurs « divorce ». Il explique enfin comment il compte gérer le pays, tout en restant vigilant. La suite de cet entretien sera publiée demain.

Laurent Correau (RFI) : Alors, on vous décrit souvent comme un fils spirituel de Wade. Les FAL 2012 disent même que les électeurs devraient préférer  l’original à la copie. Qu’est-ce-que vous répondez à cela ? Est-ce-que vous êtes différent d’Abdoulaye WADE ?

Macky Sall : Je pense que je suis très différent d’Abdoulaye Wade, d’ailleurs tous les êtres sont différents. Les gens des FAL2012 lancent des slogans, on est en campagne, c’est normal. Mais ça n’a aucune emprise par rapport à la réalité des choses. Je pense que j’ai une rupture avec Wade qui découle de la perception que nous avons sur la manière de gouverner puisque, s’il avait un respect pour la séparation des pouvoirs, nous n’aurions pas eu de problèmes.

« Les raisons de notre divorce »

Les raisons de notre embrouille c’est simplement parce que  l’assemblée nationale a convoqué son fils pour l’auditer. Donc, déjà, il y a une divergence fondamentale sur l’éthique de gestion et sur comment nous devons concevoir et respecter le bien public, ça c’est fondamentalement différent.

Ensuite nous avons une divergence fondamentale sur le faste. Aujourd’hui le pouvoir en place, c’est un pouvoir qui fait beaucoup de gaspillages, beaucoup d’investissements qui n’ont aucune emprise avec la réalité ou d’utilité, en tout cas pour l’économie  ou le développement de notre  pays. Je suis pour une gouvernance plutôt  sobre et efficace qui impacte le développement économique de notre pays et qui impacte également le développement social du Sénégal. Donc, ça va être très différent si moi je suis élu, vous verrez qu’il y aura une divergence fondamentale sur la manière dont l’Etat lui-même se comporte. On va réduire la voilure mais en renforçant l’efficacité et l’efficience. Donc tout sera fait sur la base de l’optimisation. Pour qu’avec peu de moyen on puisse faire beaucoup plus de choses.

« Si je suis élu, je vais consolider la démocratie »

En outre, nous sommes différents dans la promotion de la démocratie. Moi, je ne vais pas compromettre la constitution et c’est pourquoi j’ai décidé, si je suis élu, de ne faire qu’un mandat de cinq ans au lieu de sept. J’aurai été élu pour sept ans. Nous voulons aller  dans une nouvelle République où les institutions seront restaurées et respectées. La question du nombre de mandats et la durée va être fixée définitivement. De façon à ne plus permettre à un président de revenir comme il le voudrait. Donc deux mandats de cinq, pas plus. Et cette disposition ne sera plus révisable. Et donc les assises avaient déjà  endossé cette mesure. Je la mettrai en œuvre. C’est dire que je m’oriente vers la consolidation  de notre démocratie, vers des institutions fortes et vers une démocratie irréprochable.

About these ads